Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-09-16T00:41:09+02:00

Baby clash : et si la thérapie était la solution ?!

Publié par Paroles de Bébé

Je t’ai jamais caché que nos débuts de vie à trois ont été un peu compliqués. Pas facile de trouver ses marques. Pas facile de s’habituer à tous ces changements. Pas facile de savoir exactement quoi faire et à quel moment.

Mais pour certains papas et mamans, c’est encore plus dur que ça. Pour certains, il y a carrément un clash (d’ailleurs, c’est pas un hasard si le mot babyclash a été inventé !) et dans ce cas là, il existe des gens qui peuvent les aider.

Parce que plutôt que de rester dans cette situation, c’est quand même mieux de se faire aider, non ?

Sandy Oddoux fait partie de ces gens qui donnent un coup de pouce. Sa grande fille dit qu’elle est une « spécialiste de l’amour ». En vrai, son métier, c’est thérapeute de couple. Elle vient de s’installer à Châtonnay, dans l’Isère, au Sud de Lyon. Elle a accepté de m’expliquer son métier.

Baby clash : et si la thérapie était la solution ?!

Maman Chérie dit que tu es une dame qui aide les parents à mieux gérer l'arrivée des bébés dans leur vie. Ça veut dire quoi ?

Maman a raison, (comme toujours ! ), une partie de mon métier consiste bien à accompagner les couples dans les différentes étapes de leur vie, notamment celle de l’arrivée d’un enfant. Comme beaucoup de changements dans la vie, devenir parent demande quelques adaptations, ajustements et compromis.

Tu sais, Bébé, les grands ont l’habitude de dire que l’arrivée d’un enfant c’est l’évolution « normale » d’un couple, moi je préfère parler de révolution ! Lorsque qu’on devient papa ou maman, rien ne se passe vraiment comme on l’avait imaginé et chacun gère surtout en fonction du système de valeurs qu’il a connu dans sa propre enfance, mais comme on a chacun sa propre famille, on peut se retrouver confronter à des représentations différentes de ce que peut-être une mère, un père, ou une famille et cela peut devenir très conflictuel. Les repas, le sommeil, la télévision, les cadeaux, les punitions, … les motifs de frictions ne manquent pas, il est très important d'en discuter !

Comment tu les aides ?

Je suis une interprète au pays des sentiments, j’utilise une sorte de dictionnaire des comportements humains, j’agis comme une traductrice de symboles. Je mets à disposition des couples un espace d’écoute, mon expérience, des outils, et parfois tout simplement mon intuition. Tu peux imaginer mon bureau si tu veux : j’ai un magnifique bureau en chêne, un canapé et un petit coin salon, une bibliothèque, une grande fenêtre qui laisse passer beaucoup de lumière, et des cœurs accrochés un peu partout. J’ai aussi quelques plantes et une cafetière pour une pause détente avec mes visiteurs. Ensemble, nous dessinons la carte d'un passé, d'un présent et d'un avenir possible… en observant cette géographie, les couples choisissent les routes sur lesquelles ils choisiront de se balader. Je ne peux pas obliger un papa ou une maman à s’entendre, ni à faire des efforts mais je peux les y aider.

C’est comme quand on va chez un opticien : il nous propose des lunettes mais ne peut pas nous obliger à les porter, et il ne pourra jamais non plus voir le monde à notre place ! Pour mon métier c’est pareil, je propose mon aide, les couples disposent (ou pas !)

Tu leur donnes des conseils pour éviter les grosses disputes ?

Les jeux de pouvoirs ne se jouent pas seulement à la crèche, même les papas et les mamans se déchirent parfois pour savoir qui a tort et qui a raison. Ce n'est pas parce que le ton monte que la relation est forcément en danger. Dans les chamailleries des grands, il existe plusieurs situations: soit l'un des deux va exprimer clairement ses émotions et ses sentiments alors que l'autre reste silencieux, soit les deux restent enfermés dans le mur du silence, soit les deux membres se disputent sans cesse et cherchent absolument à avoir raison. Dans tous les cas, ce genre de situation, lorsqu'elle est répétitive, finit par user les amoureux.

Généralement les personnes qui confondent l'amour et la passion pensent qu'un couple heureux ne se dispute pas ou alors très rarement. Pourtant une friction ou tension offre à chacun l'opportunité de vivre ouvertement une expérience importante et l’occasion de s'assumer davantage comme personne. La vitalité du couple se mesure à la souplesse du passage de l’affrontement à la négociation. C’est pour cette raison que je n’aide pas les amoureux à éviter les disputes mais je leur apprends à les gérer.

Pourquoi c'est compliqué comme ça, des fois, de devenir parents ?

Lorsque tu es arrivé, tes parents sont passés d'un duo à un trio. Le premier enfant transforme les conjoints en parents. Bébé nous est livré sans mode d’emploi et malgré tous les ouvrages, les magazines qu’on a pu dévorer pour se rassurer, il va falloir régulièrement improviser : comment faire place à ce nouveau venu, composer avec des horaires plus réguliers, se contenter de moins de liberté de mouvement, plus d'anticipation... Bébé accapare une partie de l'attention qui était avant exclusivement accordée à chéri(e), il devient le centre de la famille, l'objet de la sollicitude et des soins. Les amoureux vont donc être obligés de se repositionner l'un par rapport à l'autre.

De nos jours on fait des enfants de plus en plus tard dans nos vies d’amoureux et lorsque bébé pointe sa petite frimousse cela se fait parmi toutes les priorités et responsabilités des parents, tant au niveau professionnel que social que personnel. Les tensions risquent ainsi d’être plus fortes. Face aux difficultés on peut envisager la séparation comme une solution.

Certains couples vivent alors ce qu’on appelle un « baby-clash » et c’est là que j’interviens…

Tu as eu des enfants, toi ? Ça a été dur aussi pour toi des fois ?

Oui !!! Je suis Maman et je suis tellement fière de mes enfants ! Le choix du roi : un p’tit gars puis une princesse trois ans et demi plus tard… Ce ne fut pas sans mal car si mon cœur est conçu pour aimer les enfants, le reste de mon corps ne semblait pas fait pour les porter. Une fois encore la qualité de la communication dans le couple, la complicité, sont primordiales face aux épreuves des problèmes d’infertilité. On a persévéré et on a été récompensé. Nous mesurons chaque jour notre chance.

A la naissance de notre premier petit miracle, tout n’a pas pour autant été évident pour moi. Je ne m’étais pas préparée à être mère, intellectuellement je n’avais pas maturé cette grossesse, j’avais juste répondu physiquement à ce besoin viscéral de porter un enfant. J’ai passé mes grossesses alitée. Mener un enfant à son terme était tellement incertain que je m’étais interdit inconsciemment d’investir ces grossesses.

Le jour de l’accouchement était donc pour moi comme une annonce : je prenais conscience que j’allais être maman au moment où je le devenais réellement. Cette totale dépendance de ce petit être me faisait douter de mes capacités.

A la naissance de ma fille il a fallu composer avec une difficulté supplémentaire : savoir se rendre disponible pour mes 2 enfants aux rythmes et aux âges complètement différents. Puis les premiers mois sont passés tout naturellement, toutes les premières fois: premiers sourires, premiers petits mots, premières bêtises, premiers pas,... En duo on s’est régalé à montrer, guider, encourager, réprimander, applaudir,... (On ne s’en lasse pas aujourd’hui encore !)

On dialogue beaucoup avec eux mais aussi entre nous. Etre père et être mère c'est aussi donner l'image d'un couple parental, d'adultes qui se respectent et qui savent dialoguer. Etre parent c’est aimer son enfant, le nourrir au sens propre comme au sens figuré physiquement et intellectuellement.

Aujourd'hui on tâtonne toujours, on doute, et nos seules certitudes on les obtient à chaque étape d'indépendance de nos enfants.

C'est ce qui t'a donné envie de les aider, les autres parents ?

Certains couples ne croient tout simplement pas que l’on puisse être heureux à deux puisque, petits, leur papa et leur maman ne leur ont pas donné cet exemple. Je vais te raconter une anecdote : lorsque notre petit garçon était tout bébé comme toi je bataillais à l’attacher dans son siège auto. Mon Chéri a pris pitié de ma maladresse et il est venu me prêter main forte. En moins de deux bébé était attaché et pour remercier mon sauveur je lui ai offert un doux baiser langoureux avant de m’installer à mon tour en voiture.

Chéri s’est à son tour installé mais n’a pas démarré puis après un moment de silence il a lâché : « je crois que je n’ai jamais vu mes parents s’embrasser ! ». Je lui ai pris la main et je me suis contentée de lui répondre : « notre fils nous verra nous embrasser, nous tenir la main et nous enlacer, il nous entendra certainement également nous chamailler, et même crier parfois, mais c’est comme ça, ça fait partie de la vie ! »

C’est sans doute ce jour là que je me suis dit que je voulais aider les amoureux qui n’ont pas d’autre image que celle des couples qui s’ignorent ou qui se déchirent… comment peut-on aimer si on nous a jamais montré c’est quoi des amoureux, si on n’a pas été aimé, désiré,… comment on fait pour être papa ou maman si on n’a pas eu d’exemples rassurants ?

Merci pour toutes ces explications, Sandy !

Merci à toi, Bébé pour ta curiosité. Je termine en t’expliquant une dernière chose : quand les grands se mettent en couple ils le font par amour et se quittent parfois par désamour mais jamais à cause des enfants.

Tous les couples ne sont pas fait pour durer et parfois la séparation reste LA solution. Quand on a tout essayé, que du temps a passé et que ses sentiments n’évoluent pas, il faut savoir renoncer. Pour ceux qui ont des enfants, malgré la désunion il faut savoir rester un couple parental et la communication reste primordiale. Je propose aussi mon aide pour préserver les relations des parents dans l’intérêt des enfants en offrant là aussi un lieu neutre, d’échanges et de partage.

Tous les couples connaissent des « crises » mais si un malaise s’installe il faut réagir, plus vite on le fait et plus c’est facile! Prendre le temps de discuter calmement de la situation, à l’extérieur, loin du quotidien, des enfants peut-être, de la maison ou du travail… bref en faisant une pause le temps d’un rendez-vous c’est déjà se relancer dans une démarche positive car même s’il ne s’agit pas encore d’un RDV amoureux, il s’agit bien d’un RDV pour parler d’amour… Il ne faut pas sacrifier l’essentiel à l’urgence mais plutôt obéir à l’urgence de l’essentiel : prenons le temps d’aimer !

Si tu veux en savoir plus sur Sandy et les séances de thérapie qu'elle met en place, tu peux aller sur son blog, L'accroche cœur, journal d'une thérapeute de couple.

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog